Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Architecture rurale de la commune de Malaincourt

Dossier IA88030863 réalisé en 2014

Fiche

Voir

Aires d'études Bulgnéville
Dénominations ferme, maison
Adresse Commune : Malaincourt

La carte archéologique mentionne la présence d'un tertre dans le "Bois de l'Enfer" et d'un probable éperon barré protohistorique au lieu-dit "Le Clémont". Le passage de deux voies romaines sur la commune est attesté et plusieurs éléments de la période gallo-romaine ont été retrouvés (autel, statuette, monnaies…). Le toponyme en -court, ainsi que des sépultures de l'époque franque, indiquent, que le village de Malaincourt s'est certainement formé lors de la vague de peuplement entre le 7e et le 9e siècle ap. J.-C. La première mention remonte à 1044. Il y avait semble-t-il une maison des Templiers au lieu-dit "Champs des Templiers". Le village a été détruit par les troupes du Duc de Lorraine au début du 15e siècle, et reconstruit plus bas dans la vallée de l'Auger, à l'emplacement actuel. (cf. FRANOUX, Notice historique de la commune avant 1789.1889).

Sous l'ancien régime, Malaincourt dépendait de la prévôté de Bourmont, bailliage du Bassigny. Au spirituel, l'église dédiée à saint Laurent était une annexe de Médonville, doyenné de Vittel et diocèse de Toul. Jusqu'au 20e siècle, le village est essentiellement agricole, avec peu d'activités complémentaires (commerce de bétail). On y produisait du blé, de l'orge, de l'avoine, des pommes de terres et un peu de vin, de navette et de colza. La production de blé est reconnue de première qualité, mise en valeur par deux moulins à grain. (cf. Lepage et Charton. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. 1845).

Une ferme porte une date (1838) et on peut observer un linteau de bois gravé de la date 1707 sur une ferme totalement dénaturée. Les autres ont plutôt été construites aux 17e, 18e, 19e et 20e siècles (critères morphologiques et architecturaux, cadastre ancien). Dans le village, il existe quelques éléments architecturaux anciens, parfois en remploi, (bas-relief, linteaux à arc trilobé, infléchi, encadrements moulurés et à chanfrein...) qui laissent à penser que plusieurs fermes ont probablement une structure antérieure au 17e siècle.

Une ferme dénaturée porte un linteau de bois gravé de la mention "NM" sous le monogramme du Christ, inscrit dans un cœur, et la date "1707" (29 Grande Rue, parcelle cadastrale 2015 C617).

Période(s) Principale : 18e siècle, 19e siècle, 17e siècle, 20e siècle , porte la date, daté par travaux historiques

Malaincourt comprend 49 bâtiments (source INSEE), dont 24 repérés et 5 étudiés.

Les fermes sont construites en moellons de grès. Les encadrements sont en grès, voire en bois, briques de laitier, IPN et ciment. Elles sont le plus souvent couvertes d'une charpente à longs pans sur laquelle reposent des tuiles mécaniques. Dans cette commune, le patrimoine bâti est majoritairement composé de fermes à deux ou trois travées de plan (75%). Les autres fermes ont 4 ou plus travées de plan. Aucune maison de manouvrier n'a été repérée. Six fermes ont un plan en forme de L, cinq fermes sont à pavillon, et deux fermes sont à double logis. Toutes les fermes sont parallèles à la voie sauf une, et sont généralement mitoyennes (83%). On pénètre dans le logis par une porte piétonne dans 87% des maisons. En l'absence de porte piétonne, on entre dans le logis par la porte charretière. 60% des logis ont une seule pièce en façade et sont plus profonds que larges. Leurs cuisines s'ouvrent alors sur la rue, et le poêle sur le jardin à l'arrière. Dans le cas d'une maison à plan en L, c'est le poêle qui est bâti en avant sur l'usoir. Un petit jour (rectangulaire ou oculus) au-dessus de la pierre à eau est observable dans 12% des cuisines.

Le bâti conserve des éléments de décors (niches, statues, entrées de pigeonnier, pot à moineaux, ferronnerie…), dont des baies anciennes : 2 linteaux trilobés, 1 linteau à arc infléchi et 6 ouvertures chanfreinées. Près de la moitié des portes piétonnes possèdent un encadrement mouluré surmonté d'une corniche, et certaines ont conservé leur imposte vitrée et des menuiseries intéressantes. 21% des fermes présentent des chaînes d'angles en pierre de taille, ou peintes sur l'enduit, ce qui indiquent un effort d'ornement des habitations.

Typologies ferme à double logis, ferme à plan en L, ferme à pavillon
Toits tuile mécanique, tuile creuse, tôle ondulée, ciment amiante en couverture
Murs grès moellon enduit
Décompte des œuvres nombre d'oeuvres reperées 24
nombre d'oeuvres étudiées 5
nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 49

Références documentaires

Documents d'archives
  • Franoux. Notice historique de la commune avant 1789. 1889 (AD88 - 11T23/208)

    monographie communale Malaincourt Archives départementales des Vosges, Épinal : 11T23/208
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa