Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Architecture rurale de la commune de Bettegney-saint-Brice

Dossier IA88031733 réalisé en 2018

Fiche

Voir

Aires d'études Dompaire
Dénominations ferme, maison
Adresse Commune : Bettegney-Saint-Brice

La carte archéologique signale que la commune se trouve sur le tracé de la voie romaine Langres-Strasbourg, et probablement de celle de Corre à Charmes. La toponymie de Bettegney (-acum) évoque également une occupation dès la période gallo-romaine. La tradition orale retient qu’il y aurait eu une station romaine sur la montagne de Beaucamp, près de Vincey (Gley, Gérard. Géographie, physique, industrielle, administrative et historique des Vosges. Epinal 1870).

Le nom du village est attesté dès 1492. Le nom Saint-Brice est donné dans d’anciens titres à un localité distincte à celle de Bettegney. Bettegney-Saint-Brice dépendait du bailliage des Vosges, et prévôté de Charmes, puis après 1751 du bailliage de Charmes, cour souveraine et coutume de Lorraine. Au spirituel, la commune dépendait du doyenné de Jorxey, diocèse de Toul et évêché de Saint-Dié. Il y avait sur le ban de Bettegney un ermitage dédié à saint Grégoire (Lepage et Charton. 1845).

Le village a beaucoup souffert lors de la guerre de Trente ans et de l’épidémie de peste, ne comptant plus que 4 ou 5 habitants en 1642 et 1649 (Idoux. Les ravages de la guerre de Trente ans dans les Vosges.1912). Aussi, aucune ferme ne présente aujourd’hui d’éléments architecturaux visibles anciens. Les bâtiments datés par une pierre gravée ont été construits ou rénovés en 1806, 1826, 1843, 1847, 1853, 1872, 1880 et 1886 ; ce qui correspond à une période de forte croissance démographique. La population du village atteint son maximum en 1846 avec 362 habitants. Puis cette population chute progressivement pendant le siècle et demi suivant en raison de l’exode rural (105 habitants en 1982). De plus, l’incendie de 1847, parti de la boulangerie (parcelle 2018 ZA 136) a détruit la partie ouest de la Grande Rue. Les autres fermes sont toutes datables des 18e et 19e siècles (critères morphologiques et architecturaux, cadastre ancien).

L’observation du recensement de la population en 1886 (AD88-6M599) montre un village viticole avec 66 vignerons et vigneronnes, 21 cultivateurs et quelques manœuvres (11). De nombreuses femmes travaillent en tant que dentellières (37), perleuses (6), brodeuses (3), fileuse (1), complétées par 2 tailleurs d'habit et 1 tisserand. On relève aussi quelques artisans et commerçants (cordonnier, épiciers, boulanger, charron, charpentier, maréchal-ferrant). Un berger communal est signalé jusque vers 1921, habitant rue des sciences, dans la maison acquise par la commune en 1895 et détruite à la fin du 20e siècle, parcelle cadastrale 2018 AZ 42 (sources : AD88 - 2 O 56/9). Les pratiques de la vaine pâture et de l’assolement triennal sont encore en vigueur dans la commune au début du 20e siècle.

Le commerce de grains (en petite quantité), de vins (qui sont estimés) et de dentelles apporte un complément financier aux habitants. (Lepage et Charton. 1845).

L’acquisition par la commune d’une bascule en 1935 est également à noter, financée grâce à une subvention du Génie Rural (Ministère de l’Agriculture), qui considère la bascule publique comme un progrès agricole à encourager pour les pesées des récoltes, d’engrais, de bétails…. Le village est également équipé de fontaines, abreuvoirs, d’une mairie-lavoir et d’un égayoir (pédiluve pour chevaux) jusqu’au milieu du 20e siècle. (sources : AD88 - 2 O 56/9).

Le moulin de Chozel, isolé en bordure du ruisseau Le Colon, est signalé sur la carte de Cassini (milieu 18e siècle). Reconstruit et agrandi au 19e siècle, c’est encore aujourd’hui une exploitation agricole (cf. IA88031793). Une carrière de moellons est également signalée sur la commune.

Période(s) Principale : 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle , porte la date, daté par travaux historiques

Bettegney-Saint-Brice comprend 70 résidences (source INSEE - 2015), dont 18 bâtiments repérés et 3 étudiés.

Le patrimoine bâti y est majoritairement composé d’anciennes fermes à deux travées de plan, composée d’une grange et d’un logis avec une étable à l’arrière (57% du corpus). Hormis une maison d’habitation, les autres fermes sont de plus grandes dimensions, à trois travées (24%) avec la grange séparant le logis de l’étable, voire 4 travées ou plus (15%). Cinq maisons de manouvriers, deux fermes à pavillon et une ferme à un plan en L ont été repérées. La part des fermes à double logis de la commune est relativement faible pour le canton de Dompaire (29%). Deux fermes à charri (avant-grange) ont aussi été identifiées, toutefois, il en existe peut-être trois autres (non vues). Tous les bâtiments relevés de ce village-rue sont parallèles et 81% sont mitoyens. Seule la ferme du Moulin de Chozel est isolée, à l'ouest du village.

On ne pénètre dans le logis par une porte piétonne que dans 43% des fermes du village. En l'absence de ce passage, on entre dans l'habitation par la porte charretière. Quasiment tous les logis sont en profondeur, avec une chambre (le poêle) s’ouvrant sur la rue et une cuisine derrière éclairée par le mur pignon. Une pièce borgne a toutefois été localisée, quelques autres existent aussi peut-être. Un seul logement possède deux pièces en façade antérieure. Dans les deux cas, une étable est installée à l’arrière, s’ouvrant vers le jardin en façade postérieure. Des chambres à grains sont installées au-dessus des pièces de vie, et des greniers sur le tout.

Les fermes de Bettegney-Saint-Brice sont construites en moellons de grès, avec quelques reprises récentes en ciment. Elles sont couvertes d'une charpente à longs pans sur laquelle reposent des tuiles mécaniques, remplacés dans 40% des cas par des matériaux récents (tôles, ciment-amiante…). Les encadrements des ouvertures sont majoritairement en grès, avec un linteau droit (2/3), droit délardé (17%) ou segmentaire délardé (13%). Quelques-uns en bois, briques de laitier ou ciment. Des petits jours (oculus) peuvent aussi utilisés pour éclairer le charri, les greniers ou la pierre à eau (20%). Les portes charretières sont à 38% en plein cintre, 2 linteaux sont en bois, 2 en anse de panier, et un segmentaire. Tous les autres (44%) ont été modifiés (IPN, ciment…).

Le bâti conserve peu éléments de décor (ferronnerie, 2 portes piétonnes surmontées d’une corniche, 3 fausses chaines d’angle peintes…), et aucun ne semble antérieur au 19e siècle.

Typologies ferme à double logis, ferme à plan en L, ferme à pavillon, ferme à charri, maison de manouvriers
Toits tuile mécanique, tuile creuse, tôle ondulée, ciment amiante en couverture
Murs grès moellon enduit
béton parpaing de béton
Décompte des œuvres nombre d'oeuvres reperées 18
nombre d'oeuvres étudiées 3
nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 70

Références documentaires

Documents d'archives
  • Roussel. Bettegney-Saint-Brice. Notice historique sur la communauté pour les années antérieures à la Révolution. (7 février 1889). Sources : Archives départementales des Vosges, Épinal série : 11T15/42).

    Archives départementales des Vosges, Épinal : 11T15/42
Bibliographie
  • Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault 1978, réimpression de l'ouvrage paru en 1845.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • Gley, Gérard. Géographie, physique, industrielle, administrative et historique des Vosges. Epinal 1870

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • FOURNIER, Alban. Topographie ancienne du département des Vosges : 8e fascicule- La Plaine (2e partie). Annales de la société d'émulation du département des Vosges, 1899

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • Idoux, M.-C. Les ravages de la guerre de Trente Ans dans les Vosges : 2e fascicule. Annales de la société d'émulation du département des Vosges, 1912, p. 1-234

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • Michler, Mathieu. Les Vosges 88 . Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2004. - 426 p. : ill., croquis, plans, cartes ; 30 cm. (Carte archéologique de la Gaule)

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa