Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Architecture rurale de la commune de Bazegney

Dossier IA88031732 réalisé en 2018

Fiche

Voir

Aires d'études Dompaire
Dénominations ferme, maison
Adresse Commune : Bazegney

La carte archéologique signale que la commune se trouve sur le tracé de la voie romaine Langres-Strasbourg. Quelques objets traces laissant penser à l’existence d’une villa gallo-romaine, et à une présence mérovingienne. La toponymie de Bazegney (-acum) évoque également une occupation dès la période gallo-romaine.

Bazegney dépendait en 1597 du bailliage des Vosges, prévôté de Dompaire et de Valfroicourt, ban de Girancourt, et à partir de 1751 du bailliage de Darney, coutume de Lorraine. Au spirituel, la commune est une annexe de Bouzemont, qui fait partie du doyenné de Jorxey, du diocèse de Toul et de l’évêché de Saint-Dié (Lepage et Charton. 1845).

Le village a beaucoup souffert lors de la guerre de Trente ans, et seuls quelques bâtiments dans la rue du Moulin présentent encore des structures anciennes. Les bâtiments datés par une pierre gravée ont été construits ou rénovés en 1835, 1844, 1848, 1862 et 1882, ce qui correspond à une période de forte croissance démographique : La population du village atteint son maximum en 1841 avec 369 habitants. Puis cette population chute progressivement pendant le siècle et demi suivant en raison de l’exode rural (69 habitants en 1982). La plupart des fermes relevées datent ainsi du milieu du 19e siècle. Quelques autres remontent aux 17e et 18e siècles, certaines de la seconde moitié du 19e siècle (critères morphologiques et architecturaux, cadastre ancien).

Sous l’Ancien Régime, l’ordre des Prémontrés de Parey-sous-Montfort avait des possessions à Bazegney (gagnages, fauchées et une maison). Le moulin banal est signalé depuis 1371. Le moulin a fonctionné jusqu’au début du 20e siècle et conserve encore une partie des mécanismes dont la roue (parcelle 2018 B 311).

Le droit de vaine pâture, en vigueur dans tous les prés après la rentrée des regains, et l’assolement triennal sont pratiqués jusqu'au début du 20e siècle. Les principales cultures étaient le blé, l’orge, l’avoine et les pommes de terre. Un peu de chanvre et de lin sont produits pour les besoins de l’habillement. Les céréales étaient vendues à Epinal, tandis que les produits du ménages (beurre, œufs, volaille…) s’écoulait sur les marchés de Mirecourt. Presque toutes les femmes de Bazegney fabriquent des dentelles fines (gagnant jusqu’à 2 francs par jour), apportant une relative aisance au village. Leurs productions étaient confectionnées pour le compte de quelques habitants de Bazegney, qui les revendaient ensuite à Mirecourt. (Nicolle, A. Communes de Bouzemont et Bazegney. 1889. Sources : AD88 - 11T16/53). Les habitations de ces entrepreneurs de broderies et de perles sont bien identifiables par leur caractères ostentatoires (Ferme n°12 dite « Le Château », Ferme n°13).

Le recensement de la population du village de 1906 (sources : AD88 - 6M585) dénombre en effet, 25 dentellières, 11 brodeuses, 10 festonneuses, une couturière, un fabricant de broderie et un marchand de dentelles. On peut également relever une importante proportion d’habitants se déclarant comme vignerons (30), pour une dizaine de cultivateurs/exploitants, et une vingtaine de manouvriers. Les artisans et commençants sont assez nombreux (meunier, cordonnier, maréchal-ferrant, maçon, charpentier, cafetier, charron). Un berger communal est aussi relevé jusqu’en 1911, habitant dans une maison située rue du Pâquis.

Les archives communales témoignent de la présence de deux maisons pour les deux pâtres (pour les ovins et les bovins) avant 1807. En 1840, la commune fait construire un abri pour la pompe à incendie surmonté par un logement pour un berger, avec une petite écurie et un grenier à foin au-dessus, selon les plans de Grandidier père (architecte à Mirecourt) et réalisé par l’entrepreneur Mathieu de Vaubexy. Ce bâtiment étant trop vétuste en 1909, la commune acquière la maison de la rue du Pâquis (parcelle 2018 B 368), qui est détruite au milieu du 20e siècle. C’est également les architectes Grandidier (père et fils) qui font réaliser l’alimentation en eau des fontaines-lavoirs (1838), l’école, le logement de l’instituteur et le presbytère (1831, 1835) (sources AD88 - 2O42/10). L’éclairage public dans le village est installé à partir de 1929 (sources AD88 - 2O42/12).

Période(s) Principale : 17e siècle, 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle , porte la date, daté par travaux historiques

Bazegney comprend 57 résidences (source INSEE - 2015), dont 25 bâtiments repérés et 4 étudiés.

Le patrimoine bâti y est majoritairement composé d’anciennes fermes à trois travées de plan, avec la grange séparant le logis de l’étable (65% du corpus). Les autres fermes sont soit plus modestes avec deux travées : grange et logis avec étable à l’arrière (17%) ; soit de grandes dimensions, avec quatre travées ou plus (17%). Cinq fermes à un plan en L, une maison de vigneron et une ferme à pavillon ont été repérées. La part des fermes à double logis est importante, et représente près de la moitié des bâtiments de la commune (44%). Aucune ferme à charri (avant-grange) n’a été identifiée, toutefois, il en existe peut-être une demi-douzaine (non vues). Tous les bâtiments relevés sont parallèles à la voie (sauf deux pour bénéficier d’une façade antérieure à l’Est), et 76% sont mitoyens, regroupés le long de trois rues principales.

On ne pénètre dans le logis par une porte piétonne que dans la moitié de ces fermes. En l'absence de ce passage, on entre dans l'habitation par la porte charretière. Les 2/3 des logis sont en profondeur, avec une chambre (le poêle) s’ouvrant sur la rue et une cuisine derrière éclairée par le mur pignon. Aucune pièce borgne n’a été localisée, toutefois il en existe peut-être quelques-unes. Les autres logis sont plus larges et possèdent deux pièces en façade antérieure. Dans les deux cas, une étable est installée à l’arrière, s’ouvrant vers le jardin en façade postérieure. Des chambres à grains sont installées au-dessus des pièces de vie, et des greniers sur le tout.

Les fermes de Bazegney sont construites en moellons de grès, avec quelques reprises récentes en ciment. Elles sont couvertes d'une charpente à longs pans sur laquelle reposent des tuiles mécaniques (rarement de tôles). Les encadrements des ouvertures sont majoritairement en grès, avec un linteau droit (55%), segmentaire délardé (17%), voire droit délardé (10%) ou segmentaire (6%). Quelques-uns en bois, briques de laitier ou ciment. Deux petits jours (oculus) sont aussi utilisés pour éclairer le charri. Les portes charretières sont en anse de panier (40%) ou en plein cintre pour les plus anciennes (30%), voire à linteau droit (17%) ou segmentaire (13%).

Le bâti conserve quelques éléments de décor (niches, statues, ferronneries…) …), même si une quinzaine de statuettes ont été volées dans des niches en mai 1985 (sources : Jacops, M.F. Les vols d’œuvres d’art en Lorraine de 1975 à 1983. Le Pays lorrain. 1985 n°3.). Des ouvertures anciennes sont également à relever : 2 portes charretières et 4 baies à chanfrein, une baie à linteau infléchi et un autre en accolade. Six encadrements de porte charretière sont munis de moulures à la hauteur des chapiteaux et d’une agrafe. Un quart des portes piétonnes sont surmontées d’une imposte vitrée et d’une corniche moulurée. Les sept fermes qui présentent des chaînes d'angle indique un effort d'ornementation des habitations. Elles sont complétées par neuf autres portant de fausses chaînes d'angle peintes sur l'enduit.

Typologies ferme à double logis, ferme à plan en L, ferme à pavillon, Ferme à charri, Ferme à plusieurs corps de batiment
Toits tuile mécanique, tuile creuse, tôle ondulée, tôle nervurée
Murs grès moellon enduit
ciment parpaing de béton
Décompte des œuvres nombre d'oeuvres reperées 25
nombre d'oeuvres étudiées 4
nombre des immeubles au dernier recensement de l'INSEE 57

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives communales de Bazegney.

    Archives départementales des Vosges, Épinal : 2042/10
  • Nicolle, A. Communes de Bouzemont et Bazegney (Ban de Bouzemont), état d'une communauté rurale à la veille de la Révolution de 1789. (1er mars 1889). Monographie communale.

    Archives départementales des Vosges, Épinal : 11T16/53
Bibliographie
  • Lepage, Henri et Charton, Charles. Le département des Vosges : statistique historique et administrative. Nancy : Berger-Levrault 1978, réimpression de l'ouvrage paru en 1845.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • Jacops, M.F. Les vols d’œuvres d’art en Lorraine de 1975 à 1983. Le Pays lorrain. 1985 n°3.

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
  • Michler, Mathieu. Les Vosges 88 . Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2004. - 426 p. : ill., croquis, plans, cartes ; 30 cm. (Carte archéologique de la Gaule)

    Conseil Régional de Lorraine, Service Régional de l'Inventaire général du Patrimoine Culturel, Nancy
(c) Région Lorraine - Inventaire général ; (c) Conseil départemental des Vosges - Varvenne Vanessa