Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne synagogue de Saint-Avold (détruite)

Dossier IA57030129 réalisé en 2018

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations synagogue
Aire d'étude et canton Région Grand Est
Adresse Commune : Saint-Avold
Adresse : rue des Anges
Précisions précision sur la géolocalisation géolocalisation dans la rue

Propriété des évêques de Metz, Saint-Avold est une des très rares villes de Lorraine octroyant le droit de résidence à des juifs à la fin du Moyen-âge et au début de l'époque moderne (une veuve autorisée en 1455, et un certain Abraham de Saint-Avold parmi les 4 premiers juifs autorisés à Metz en 1567). Arès la vente de la cité au duché de Lorraine, les juifs sont finalement expulsés en 1625. Si quelques juifs réapparaissent à la fin du siècle pendant l'occupation française du duché, ils doivent à nouveau quitter la ville après 1697. La communauté juive remonte donc à l Émancipation, avec 28 personnes en 1808 et 205 en 1840.

Un premier lieu de culte semble avoir été aménagé dès 1800 dans une maison particulière. Lorsque son propriétaire décida de la vendre, trois membres de la communautés firent l'acquisition d'une maison incendiée rue des Anges, dont un niveau fut cédé à la communauté. En 1825, une nouvelle synagogue fut érigée à l'emplacement de ce bâtiment. Après d'importantes modifications en 1860, bénéficiant d'une subvention de 2 000 f de l'Etat, la synagogue fit l'objet d'une campagne de restauration complète en 1922-1923, entraînant une nouvelle inauguration le 19 avril 1923.

Profanée et fortement endommagée par les nazis en 1940, puis transformée pendant la guerre en dépôt pour les pompiers, elle a été détruite et remplacée par un nouvel édifice.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1825, daté par source
1860, daté par source
1923, daté par source

La synagogue n'est plus documentée que par une photographie prise en 1940, après sa profanation par les nazis. Donnant directement sur la rue, elle est bâtie en moellon enduit, avec un premier niveau traité en bossage à refend. Le portail central, flanqué de deux colonnes cannelées est surmonté par un oculus. Elle est éclairée par deux niveaux de baies en plein cintre. Le caractère israélite de l'édifice est indiqué par les Tables de la Loi couronnant la façade.

Murs pierre moellon sans chaîne en pierre de taille
États conservations détruit
Techniques sculpture
Représentations ornement architectural symbole religieux
Précision représentations

Symbole religieux : tables de la Loi

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales de France, Pierrefitte-sur-Seine : F19/11024
  • Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 1V156
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Decomps Claire
Claire Decomps

conservateur en chef du patrimoine, chercheur en Lorraine de 1994 à 2018 puis responsable de la conservation du musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.