Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne synagogue de Morhange

Dossier IA57030107 réalisé en 2009

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations synagogue
Aire d'étude et canton Région Grand Est
Adresse Commune : Morhange
Adresse : rue de l'Eglise
Précisions précision sur la géolocalisation géolocalisation à la rue

La présence juive à Morhange semble remonter au milieu du 17e siècle, avec une première famille en 1669. Elle se serait développée assez rapidement puisqu'y vivent déjà 15 familles en 1705, dont 8 au moins arrivées avant 1697. La communauté subit ensuite les restrictions imposées aux juifs du duché de Lorraine par le duc Léopold qui, en 1721, limite à 5 le nombre de familles autorisées à Morhange (4 sur les listes de 1753 et de 1762) et leur impose en 1726 de se regrouper dans un quartier séparé. On peut supposer qu'il existe toutefois un petit oratoire en 1737, quand Néhémie Reicher, le rabbin officiel de la communauté des juifs du duché de Lorraine, y organise une première assemblée réunissant les représentants de toutes les localités.

Limitée à 43 personnes en 1808 et à 36 en 1840, la communauté est jugée récente et de peu d'importance dans le tableau statistique de 1854 qui mentionne un oratoire, dans un local en location. Un ministre-officiant non rémunéré est attesté en 1842.

En 1864, le consistoire acquiert la maison où se trouvait son lieu de culte pour y construire une nouvelle synagogue. L'édifice est élevé en style néo-roman, avec une aide de l’État de 1 300 f. En 1881, la communauté acquiert la maison voisine où elle installe un logement pour le ministre officiant. L'édifice est restauré ou reconstruit en 1901, date portée sur le pignon de la façade. En 1910, Morhange devient le siège d'un éphémère rabbinat regroupant un grand nombre de communautés des arrondissements de Château-Salins et Boulay, supprimé dès 1920.

39 juifs résidaient encore à Morhange en 1939. La synagogue est détruite par les nazis durant l'été 1940, en même temps qu'un grand nombre d'autres synagogues de la région (il n'en subsiste aujourd'hui qu'un pilier). Elle n'est pas reconstruite après guerre. En 1963, les restes de la synagogue et de la maison (section B, parcelles 395, 400 et 410, rue de l’Église) sont vendus à un particulier.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle

Seule la façade de la synagogue est aujourd'hui connue grâce à deux cartes postales anciennes. De style néo-roman, elle est construite en pierre de taille. Son pignon porte sa date de restauration "1901". Le caractère juif de l'ensemble est assez discret : une étoile de David au-dessus de la porte, une autre sur le pignon, deux sur les contreforts, une sur une porte latérale et une dernière, en fer ou en fonte, en amortissement du pignon. Les deux contreforts peuvent aussi être interprétés comme un souvenir des deux colonnes du Temple.

Murs pierre moyen appareil
Couvertures toit à longs pans
États conservations détruit
Techniques sculpture
ferronnerie
Représentations ornement architectural ornement végétal symbole religieux
Précision représentations

symbole religieux : étoile de david (magen David)

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales de France, Pierrefitte-sur-Seine : F19/11024
  • Archives nationales de France, Pierrefitte-sur-Seine : F19/11109
  • Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 3F502
  • t. IX, p. 9-18 et t. X, p. 179-187 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy
  • p. 508-509 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy : 8° G II 1 (1-4)
  • Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 1V156
  • Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 7AL130
  • Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 2V86
  • Archives départementales de Moselle, Saint-Julien-lès-Metz : 10RP
Documents figurés
  • collection particulière : n. c.
(c) Région Lorraine - Inventaire général - Decomps Claire
Claire Decomps

conservateur en chef du patrimoine, chercheur en Lorraine de 1994 à 2018 puis responsable de la conservation du musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.