Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

abbaye de bénédictins Saint-Clément puis collège de Jésuites actuellement hôtel de région

Dossier IA57002094 réalisé en 2009
Genre de bénédictins
Vocables Saint-Clément
Destinations collège de Jésuites, hôtel de région
Dénominations abbaye
Aire d'étude et canton Metz
Adresse Commune : Metz
Lieu-dit : quartier Pontiffroy
Adresse : place Gabriel Hocquard , place Saint-Clément
Cadastre : 2009 07 303, 359, 361, 418, 423, 424, 425

Abbaye Saint-Clément construite à partir de 1669 sous l'abbatiat de François Reynel (1662-1678) à l'emplacement de l'ancienne abbaye construite entre 1565 et 1567, entièrement disparue. Les travaux commencent par le cloître, ils sont interrompus à de multiples reprises et ne se terminent qu'en 1737 par le portail de l'église conventuelle. Les travaux sont menés par les architectes Jean Spinga (1641-1724) puis Lapierre (1660-1715) (on ne connait pas précisément la part de chacun), le tailleur de pierre Pierre Le Moyne, les charpentiers Jean Gombert et Jean Etienne. Les bâtiments conventuels étaient disposés autour d'un cloître (disposition connu par un plan de 1790 conservé à la médiathèque de Metz) : le corps nord abritait le réfectoire et la salle du chapitre au rez-de-chaussée, les chambres des moines et l'appartement du prieur à l'étage ; le corps sud abritait la procure, des greniers et des chambres d'hôtes. L'entrée de l'abbaye se faisait au nord, par un portail (détruit dans les années 1980) ouvrant sur le parvis de l'église. La façade principale (ouest) donnait sur un jardin (non documenté) par un escalier droit à une volée double (montées convergentes) ; elle était encadrée de deux pavillons en avancée (le pavillon nord a disparu après 1966 et le pavillon sud a perdu ses dispositions d'origine, la modification de la forme du toit lui ayant fait perdre son statut de pavillon). Au lendemain de la Révolution, l'abbaye est confisquée, les bâtiments conventuels sont affectés au ministère de la guerre qui y installe un entrepôt. En 1855, la Compagnie de Jésus en fait l'acquisition afin d'y installer un collège, dont l'emprise foncière dépasse largement celle de l'ancienne abbaye. Deux projets sont successivement réalisés par le père Mathieu Lauras (1813 - 1882) et son élève Edmond Duthoit (1837-1889) : le 1er, très ambitieux, sera abandonné au profit du second qui comprend la construction, au sud du cloître, de quatre corps de bâtiments autour d'une nouvelle cour (nommée cour du parloir), dont une chapelle dite chapelle de la Congrégation logée au rez-de-chaussée du nouveau corps sud (IA57002096). De plus, les anciens bâtiments conventuels sont remaniés : le corps sud du cloître et la moitié sud de la façade principale sont alors reconstruits et surélevés d'un étage. En 1872, suite à l'annexion allemande de 1870, les Jésuites sont expulsés et le collège fermé. Les bâtiments connaissent alors des affectations diverses : école normale d'institutrices (1875-1880) puis d'instituteurs jusqu'en 1911, collège d'enseignement catholique en 1911, puis hôpital pour les prisonniers français blessés durant la Première guerre mondiale. A la fin du conflit, alors que le territoire est redevenu français, les Jésuites ouvrent à nouveau le collège et commencent une nouvelle phase de travaux en 1932 cantonnée essentiellement sur la façade ouest : la partie nord est surélevée d'un étage, afin de l'aligner sur la partie sud ; dans le prolongement de la façade vers le sud, est construit un nouveau corps de bâtiment à deux niveaux (aujourd'hui détruit). Durant la Seconde guerre mondiale, les bâtiments servent de camp de passage et de triage pour les travailleurs étrangers puis centre de rapatriement des prisonniers et déportés. En 1945, les Jésuites ouvrent une nouvelle fois le collège jusqu'à se fermeture définitive en 1970. En 1966, un incendie détruit une partie des combles. A partir de 1972, le quartier est totalement restructuré. De nombreux immeubles sont détruits, les anciens bâtiments de l'abbaye et du collège sont restaurés et deviennent Hôtel de Région en 1982. Dès 1983, les bâtiments sont restaurés, les toitures fortement remaniées, l'intérieur réaménagé afin d'y accueillir les bureaux du Conseil Régional ; en 1987 une vaste salle de plan carré (salle des délibérations des assemblées) est aménagée sous la place d'Arros dans le prolongement des bâtiments du côté nord, tandis qu'un parking souterrain est aménagé du côté sud sous le square Alexis de Tocqueville.

Période(s) Principale : limite 17e siècle 18e siècle , (détruit)
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle , (détruit)
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Principale
Dates 1669, daté par source
1855, daté par source
1932, daté par source
1987, daté par source
Auteur(s) Auteur : Spinga Jean, architecte, attribution par source
Auteur : Lapierre, architecte, attribution par source
Auteur : Le Moyne Pierre, tailleur de pierre, attribution par source
Auteur : Gombert Jean, charpentier, attribution par source
Auteur : Etienne Jean, charpentier, attribution par source
Auteur : Lauras Mathieu, maître de l'oeuvre, attribution par source
Personnalité : Reynel, François, commanditaire, attribution par source

L'ensemble des bâtiments est disposé autour de deux cours, à l'est de l'église (IA57002095). La première cour, carrée, est délimitée par 4 galeries ouvertes voûtées d'arêtes, formant un cloître à arcade (IA57002097) ; la galerie est vient se loger entre les culées des contreforts de l'église ; la galerie nord a gardé son élévation d'origine, à un étage couvert de tuiles creuses, les 2 autres galeries sont à 2 étages (surélévation du milieu du 19e siècle). La partie sud des bâtiments s'organise autour d'une seconde cour dite cour du parloir, de plan rectangulaire ; le corps sud dont le rez-de-chaussée est occupé par une chapelle (chapelle de la Congrégation) est à 3 niveaux d'élévation : le rez-de-chaussée (dont la hauteur équivaut à 2 niveaux des autres corps) est orné d'une arcature en plein cintre dans laquelle s'insèrent les 5 baies de la chapelle (baies composées de 2 formes en plein cintre surmontées d'un tympan à jour et encadrées de fines colonnettes aux chapiteaux à crochets). Les façades sont toutes soulignées par des bandeaux moulurés au niveau des assises de baies, par des corniches en pierre et des chaînes d'angle. La composition de la façade principale (ouest), qui compte 24 travées, n'est pas homogène : son élévation est à 4 niveaux, sauf le corps donnant sur la 2e cour qui, plus bas, ne compte que 2 niveaux. Les baies permettent de distinguer plusieurs campagnes de travaux ; milieu 19e siècle : baies en plein cintre au rez-de-chaussée, et, pour les étages, jambage à crossettes et linteau mouluré en " chapeau de gendarme ". fin 17-début 18e siècles : linteau droit à plate-bande et jambage en chaîne harpée (sur les 3 niveaux de la partie nord de la façade, et façades sur le cloître). Les toits sont à longs pans, ceux de la façade ouest (corps nord) sont brisés avec lucarnes à frontons pignons. Voûtes d'arêtes au rez-de-chaussée du corps nord. 2 escaliers intérieurs : en pierre à retours, avec jour de plan carré, reposant sur des arcs surbaissés portés par 4 noyaux ; l'escalier nord possède une rampe en pierre à balustres carrés, l'escalier sud une rampe en fer.

Murs calcaire moellon enduit


Toit tuile creuse, ardoise
Plans plan régulier
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré, 3 étages carrés
Couvrements voûte d'arêtes
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
toit à longs pans brisés
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie


Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables église, escalier, cloître, puits, chapelle
Protections classé MH, 1972/11/02
classé MH, 1992/08/31
Précisions sur la protection

église en totalité ; façades et toitures de l' ensemble des bâtiments conventuels ; escalier monumental intérieur ; cloître, y compris sa cour et puits (cad. 7 78, 282/88) : classement par arrêté du 2 novembre 1972 ; ancienne chapelle (de la Congrégation) avec son décor (cad. 7 418/88) : classement par arrêté du 31 août 1992 (annule inscription du 23 06 1988)

(c) Région Lorraine - Inventaire général - Henry Jean-Yves - Tronquart Martine
Martine Tronquart

Chercheur au Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel, site de Nancy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.